Le Forum du Sou

Le Sou, l'Ecole et Vous
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les coutumes de Pâques

Aller en bas 
AuteurMessage
Lutine
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 144
Age : 48
Localisation : Par ci, par là...
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Les coutumes de Pâques   Jeu 29 Mar - 10:57



Bonjour à toutes et à tous bonjour

A l'approche de Pâques, je me suis dit qu'un peu de culture ne nous ferait pas de mal lol-

Alors voici les secrets de la tradition de Pâques

L'oeuf de Pâques est le symbole de l'éclosion d'une vie nouvelle et de la fertilité.

La tradition d’offrir des oeufs décorés, teints ou travaillés est bien plus ancienne que le christianisme.

L’œuf est sans doute le plus vieux et le plus universel des symboles de vie et de renaissance et de multiples rituels lui ont été associés depuis la nuit des temps. Pour certains, la coutume des oeufs de Pâques se rattacherait à l'établissement du Carême.

Dès le IVème siècle, l'usage des oeufs pendant la pénitence de quarante jours est interdit par l'Eglise. Une grande quantité d'oeufs se trouvant entassée dans les provisions de ménage, le moyen le plus expéditif de s'en débarrasser était de les donner aux enfants.

Dès le jeudi saint, les enfants en commençaient la collecte. Ils allaient en bande, précédés des enfants de choeur et ramassaient dans des corbeilles les oeufs qu'on leur donnait.

Dans le Béarn, cette quête se faisait la veille de Pâques, appelée alors " le samedi des oeufs ".
Et le jour de Pâques, tous ces oeufs étaient dégustés en omelette.

Dès le XIIème siècle, dans de nombreux pays européens, les gens du peuple avaient l'habitude de s'échanger des oeufs tout simples, bénis à l'église, une coutume que les nobles vont vite adopter, mais en s'adressant à des peintres, des orfèvres et des graveurs pour se faire faire des oeufs-joyaux, c'est à dire décorés de peintures délicates, d'émaux ou de pierres précieuses.

Pour la surprise contenue dans l'oeuf, c'est une tradition qui remonte au XVIème siècle, et certaines sont même passées à l'histoire tant elles étaient exceptionnelles : c'est le cas de la statuette de Cupidon renfermée dans un énorme oeuf de Pâques offert par Louis XV à Madame du Barry, du brûle-parfum trouvé en 1770 par Catherine II ou encore de la minuscule poulette cachée dans un précieux oeuf conservé à Copenhague dans les collections royales du château de Rosenberg.

La coutume des oeufs de Pâques n'est certifiée qu'au cours du XVIème siècle à la cour des rois de France.

Louis XIV faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d'oeufs dorés, gravés ou encore peints qu'il remettait à la fin de la cérémonie religieuse à ses proches, et ses courtinsants ; Madame Victoire, fille du roi Louis XV, avait même reçu deux oeufs de Pâques peints et historiés par Lancret, Watteau Bouchet... Ces œufs devinrent de vraies œuvres d’art. L'on pourrait citer d'autres exemples royaux d'oeufs de Pâques célèbres..... Par exemple, on dit que Louis XIV fit parvenir à Melle de Lavallière un oeuf de Pâques contenant un morceau de la vraie croix.

Au XVIIème et XVIIIème siècles jusqu'à la révolution qui y mit un terme, " l'oeuf " était l'apanage de la cour et de la noblesse. L'oeuf le plus gros du royaume, pondu pendant la Semaine Sainte, revenait de droit au roi.

Sous l’empire, on offrait aux élégantes des oeufs en sucre candi ornés de fanfreluches et garnis de friandises. Et Mallarmé écrivait des vers sur ceux qu’il offrait.

On peut distinguer les oeufs teints que l'on consomme, des oeufs décorés que l'on conserve et que l'on offre à sa famille, à ses amis en témoignage d'amour et d'amitié.

C'est au XVIIIe siècle, en France, qu'on décida de vider un oeuf frais et de le remplir de chocolat.

Pourquoi un lièvre dans la symbolique de Pâques ?

Le lièvre se manifeste tout particulièrement au printemps, sa saison des amours. Il est également associé aux valeurs du monde souterrain. Il est symbole de fécondité, animal fétiche de la déesse du printemps Ostara. Enfin, il a une signification chrétienne : en effet, le Christ est parfois symbolisé par un lièvre, ouvrant toutes grandes ses oreilles, pour écouter la Parole de Dieu et la mettre en pratique

Les traditions d’ici et d’ailleurs

Dans l’antiquité gauloise, les druides attribuaient des qualités merveilleuses à l’oeuf de serpent (pierre en forme d’oeuf), qu’ils croyaient formée de bave que jetaient les serpents lorsqu’ils étaient entrelacés. Quand ils en avaient trouvé un, ils s’en saisissaient et s’enfuyaient au galop. Ils pensaient que les serpents ne cessaient de suivre le cavalier que lorsqu’une rivière les séparait.

La tradition voulait aussi que l’on s’envoie des oeufs teints en rouge ou en bleu et bariolés de diverses couleurs entre parents, amis et voisins, mais enfants et domestiques recevaient également des présents.

Ces oeufs de serpent ne seraient en fait rien d’autre que des oursins fossiles qui abondaient dans certains endroits.

En France et dans les autres pays européens les cloches ne sonnent pas du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques.

Une légende dit que les cloches se rendent à Rome où elles se chargent d’oeufs de Pâques qu’elles répandent à leur retour dans les jardins. Une mystérieuse chasse aux trésors s'organise alors au petit matin de Pâques : les enfants et les adultes gourmands se ruent dans les jardins, à la recherche des oeufs, cloches, cocottes, lièvres et autres gourmandises en chocolat.

Le jour de Pâques, au XIIIème siècle, à Paris, les clercs des églises, les étudiants de l’Université ainsi que les jeunes gens des différents quartiers s’assemblaient sur les places publiques et formaient un long cortège en tête duquel on retrouvait bannières, tambours et trompettes. Ils se rendaient en choeur sur le parvis de l’église cathédrale, où ils chantaient une partie de l’office appelée "Laudes" puis ils s’éparpillaient dans les rues où ils faisaient la quête des oeufs de Pâques.

La tradition allemande veut, pour les enfants, que ce soit un lapin blanc invisible qui les cache.

Aux États-Unis et en Alsace, c'est un lièvre ; en Thuringe, une cigogne ; en Westphalie, un renard ; en Suisse, un coucou.

Les égyptiens et les perses avaient pour habitude de teindre des oeufs aux couleurs du printemps et de les offrir à leurs proches pour symboliser le renouveau de la vie.

En Ukraine et en Pologne, l’acte de décorer les oeufs (appelés alors pysanky) était rituellement associé à la venue du printemps dès la préhistoire.



_________________


Dernière édition par le Mer 2 Mai - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soudesillans.grafbb.com
Mutyne
Volubile
Volubile
avatar

Féminin
Nombre de messages : 60
Age : 49
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: Les coutumes de Pâques   Mer 4 Avr - 23:50

Comme quoi il n'y a pas que les français qui sont gourmand. lol-

Merci Lutine, maintenant je sais que Pâques ne date pas d'hier et que nous avons ce point commun avec beaucoup d'autres pays.

Joyeuses Pâques à tous et attention aux crises de foies pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les coutumes de Pâques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pâques ?
» faire découvrir les traditions et coutumes polonaises aux enfants
» Méli-mélo de Pâques
» Peindre et décorer les oeufs de Pâques selon Adriano
» Charlotte de Pâques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Sou :: Le Coin des Volubiles :: Libre-
Sauter vers: